Mes couteaux sont conçus au plus prêt des méthodes de fabrication traditionnelles françaises.

Après les avoir forgés à chaud puis à froid dans des aciers au carbone ils sont trempés et revenus pour obtenir le meilleur compromis entre souplesse et dureté. 

Vient alors l'émouture sur une meule à eau de 1 mètre de diamètre, puis le polissage de la lame sur des disques en feutre et en cuir émerisés. Ces méthodes de meulage et de polissage très importantes pour la qualité de la lame permettent de ne pas échauffer le tranchant trempé.

 Ensuite le manche est façonné en partant d'un bois brut choisi pour ces qualités, puis il est percé et fixé au ciment coutelier à base de résine de pin et de minéraux sur la soie du couteau. Ma soie est ensuite rivetée à l'arrière du manche ou bien arrêtée par un rivet qui la traverse au centre.

Pour finir, la lame est démorfilée à la pierre pour obtenir un tranchant résistant et efficace.

Il y a d'autres manières de fabriquer un couteau, mais ces méthodes anciennes qui date du XVIIIe siècle ont fait leurs preuves et sont le fruits d'une longue recherche de nos anciens. 

On obtiens alors un outil pensé avant tout pour sa capacité de coupe dans l'instant et dans la durée.